Arrivée au pays des Khmers

Après 15 jours au Vietnam, nous arrivons à la frontière Cambodgienne le 27 Janvier, jour du nouvel an vietnamien, mais surtout jour de l’expiration de notre visa : il était moins une ! Les dernières journées de vélo vietnamiennes furent intensives et les mollets bien entrainés ! Maintenant c'est l'heure de découvrir un nouveau pays, celui des Khmers !

A la frontière très peu fréquentée, on nous accueille avec joie et même étonnement. Une heure plus tard, quelques rigolades avec les douaniers, un nouveau visa obtenu et deux tampons supplémentaires sur le passeport, nous voici officiellement au Cambodge. Encore une fois, la frontière marque d’importants contrastes entre deux pays voisins : les exploitations géométriques du Vietnam laissent place à la campagne inexploitée, asséchée du Cambodge. Ces terres sont parfois tellement assechées que des incendies se déclenchent en bord de route !

Dans cette campagne oubliée, on nous sourit, on joue à la pétanque, on vit tranquillement et modestement.

A Snuol, première ville traversée, nous sommes choqués par les innombrables emballages, plastiques et autre déchets industriels qui jonchent le sol.

Dans cette ville frappée par la pauvreté et délaissée par tout traitement de déchets, seule la route principale est goudronnée tandis les routes secondaires lèvent des nuages de poussières au milieu des habitations, des commerces et d’un petit restaurant où tous les hommes de la ville se sont réunis pour parier devant un match de boxe.

Nous reprenons la route pour arriver à Kratie, où nous retrouvons le gigantesque Mékong qui a encore considérablement grossi depuis que nous l’avons quitté au Laos.

Nous le longeons pendant 2 jours sur de petites pistes où se succèdent villages bouddhistes et musulmans, où des vaches monstrueuses tirent des charrettes en tout genre, où les enfants et habitants nous interpellent dans un festival de rires et de sourires, quel bonheur !

Au bord du fleuve, entre palmiers, cocotiers et maisons sur pilotis vivent les Cham, peuple musulman du Cambodge. Ils sont majoritairement installés dans cette région, autour de la capitale, Kampong Cham.

C’est ici que se situe notre premier centre Enfants du Mékong du Cambodge : le Boys center. Les 17 garçons du centre viennent de la minorité ethnique Phnom, de la province du Mondulkiri, à l’est du Cambodge.

Ils vivent toute l’année au centre afin de pouvoir aller à l’école et ne rentrent chez eux que quelques jours par an. C’est Vincent, volontaire « bambou » qui fait le relais entre la France et le centre pour Enfants du Mékong. Au boys center, on fait directement partie de la famille tellement l’ambiance de fraternité nous saisit dès les premiers instants. Après avoir passé une semaine au côté des garçons et les avoir emmenés à la plage sur le Mékong le dernier jour, les au revoir sont très difficiles.

Pour mettre des images sur ces beaux moments, vous pouvez retrouver la vidéo sur le Boys Center de Kampong Cham ici.

Lors de notre passage à Kampong Cham, nous avons aussi été invités à un mariage. Pour un soir, on troque les vêtements de cyclistes de toujours pour une chemise, quel drôle de sensation !

Avec les traditions bouddhistes, l'importance des rituels pour éloigner les esprits de la fête, les rituels traditionnels, les mariages cambodgiens sont tout d'abord emplis de magie, de subtilité et de traditions. Mais au Cambodge et plus généralement en Asie, c’est aussi le jour d’une vie, le jour où l’on se met en avant, où l’on montre que l’on a réussi, que ce soit le cas ou non.Pendant ces 3 jours de cérémonie, on met la musique à fond, on prépare de véritables festins en arborant des tenues hautes en couleurs et on s’endette parfois pendant plusieurs années pour satisfaire les apparences. Nous avons eu l'honneur d'être invités à ce mariage et de pouvoir apprécier les traditions, d'être impressionnés par l'abondance et comme toujours de partager des moments uniques.

200km nous séparent alors de la capitale, Phnom Penh, et plus l’on s’en approche, plus le développement se fait ressentir. Nous arrivons à destination après quelques embouteillages au milieu des quelques gratte-ciels qui commencent à émerger dans cette ville rattrapée par la mondialisation. Entre des heures de travail sur le montage de nos vidéos, nous arborons les différents marchés qui donnent son charme à la capitale, la parcourrons à vélo et visitons la prison S21 ainsi que les champs de la mort, vestiges du génocide méconnu des Khmers rouges il y a 40 ans. Pour en savoir plus sur ce massacre et cette idéologie dévastatrice, vous pouvez lire l’article que nous avons consacré au Khmer rouge ici.

Après 3 mois de vélo, de vidéo et de reportages, nous retrouvons Lucie, la copine de Nico qui nous a rejoint pour 2 semaines et Jérémy, cycliste que nous avons rencontré au Vietnam, avec qui nous prenons quelques jours de vacances dans le Sud du Cambodge. Nous nous rendons tout d’abord à Kampot, petite ville fluviale fameuse pour ses plantations de poivres, avant de prendre le bâteau pour l’île de Koh Rong Samloem, où les plages de sable blanc et d’eau turquoise, la diversité de la faune marine et la coupure totale de toute civilisation nous permet de nous ressourcer totalement. Sur la route du retour, nous faisons une pause à Kep, dont la spécialité est le crabe et que les pêcheurs cuisinent sur le port avec du poivre vert de Kampot : on s’en met partout mais c’est un régal !

Retrouvez la vidéo du marché au crabe de Kep ici et celle des 3 jours paradisiaques sur Koh Rong Samloem !

Après ce premier mois au Cambodge et cette petite pause, nous voilà reposés et motivés pour nous remettre au travail sur nos reportages, reprendre la route et découvrir de nouveaux centres Enfants du Mékong, en commençant par l'incroyable centre Docteur Christophe Mérieux…




ENGLISH

After 15 days in Vietnam, we arrive at the Cambodian border on 27 January, Vietnamese New Year's Day, but especially the day of expiration of our visa! The last days of Vietnamese cycling were intensive, now is the time to discover a new country, the Khmer one!

At the very uncrowded border, we are welcomed with joy and even surprise. An hour later, a few laugh with the customs officers, a new visa obtained and two additional stamps on the passport, we are officially in Cambodia. Again, the border marks important contrasts between two neighboring countries: the geometric farms of Vietnam give way to the untapped, dried up Cambodia countryside. These lands are sometimes so dry that fires are triggered by roadside! In this forgotten countryside, people play balls and live quietly and modestly.

In Snuol, the first city we crossed, we are shocked by the countless packaging, plastics and other industrial waste strewn on the ground. In this city struck by poverty and neglected by all waste treatment, only the main road is paved, while the secondary roads raise clouds of dust in the middle of houses, shops and a small restaurant where all the men of the city meet to bet in front of a boxing match.

We head to Kratie, where we find again the gigantic Mekong which has grown considerably since we left it in Laos.

We follow it for 2 days on small trails where Buddhist and Muslim villages succeed each other, where monstrous cows draw carts of all kinds, where the children and locals call us in a festival of laughter and smiles, what a joy!

On the banks of the river, between palm trees, coconut trees and houses on stilts live Cham, the Muslim people of Cambodia. They are mostly settled in this region, around the capital, Kampong Cham.

Here is our first Enfants du Mékong center of Cambodia: the Boys center. The 17 boys living in the center come from the ethnic minority Phnom, from Mondulkiri province, east of Cambodia.They live throughout the year at the center so they can go to school and go home only a few days a year. It is Vincent, volunteer "bamboo" who makes the relay between France and the center for Enfants du Mékong. At the boys center, we are directly part of the family because of the atmosphere of fraternity that we can immediatly feel. After spending a week with the boys and taking them to the beach on the Mekong river on the last day, farewell is very difficult.

To put pictures on these beautiful moments, you can find the video on the Boys Center of Kampong Cham here.

During our visit to Kampong Cham, we were also invited to a wedding.

For an evening, we exchange the clothes of cyclists for a shirt, what a funny feeling! With the Buddhist traditions, the importance of rituals to keep the spirits away from the feast, traditional rituals, Cambodian wedding are at first filled with magic, subtlety and traditions. But in Cambodia, and more generally in Asia, it is also the day of a lifetime, the day when one puts himself forward, where one shows that one has succeeded, whether it is the case or not . During these 3 days of ceremony, the music is so loud, great feasts are prepared and you sometimes get into debt for several years to satisfy appearances. We had the honor to be invited to this marriage and to be able to appreciate the traditions, to be impressed by the abundance and as always to share unique moments.

200km separate us from the capital, Phnom Penh, and the closer we get to it, the more we feel development. We arrive at destination after some traffic jams in the middle of the few skyscrapers that are beginning to emerge in this city caught up by globalization. Between hours of work on the editing of our videos, we display the different markets that give its charm to the capital, visit the prison S21 as well as the killing fields, vestiges of the unknown genocide of the Khmer Rouge 40 years ago. To learn more about this devastating massacre and ideology, read the article we have devoted to the Khmer Rouge here.

After 3 months of cycling, video and reports, we met Lucie who joined us for 2 weeks and we take a few days of vacation in the South of Cambodia. We first went to Kampot, a small river town famous for its pepper plantations, before taking the boat for the island of Koh Rong Samloem, where the beaches of white sand and turquoise water, the diversity of the marine fauna and the total breakdown of any civilization allows us to fully recharge our batteries. On the way back, we take a break at Kep, whose specialty is the crab and that the fishermen cook on the port with green pepper from Kampot: it is a treat!

Watch the video of Kep crab market here and the one about the paradise of Koh Rong Samloem here !

After this first month in Cambodia and this small break, we are rested and motivated to get back to work on our reports, take the road again and discover new Enfants du Mékong Centers, starting with the incredible center Doctor Christophe Mérieux ...


Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square